avec l'aimable autorisation d'Yves DUTEIL en date du 30 novembre 2009

Yves DUTEIL

                               I

C’est une langue belle avec des mots superbes
Ye na lingua ke brava avoua de mou superbo
Qui porte son histoire à travers ses accents
Ke pôrte se n’istar’ a travé seu z’aksai
Où l’on sent la musique et le parfum des herbes
Yon l’on sin la mezeka pi lo saibon de l’zarbe
Le fromage de chèvre et le pain de froment.
Lo fromazo de sievra pi lo pan de fromai.

                                II

Et du Mont Saint Michel jusqu’à la Contrescarpe
Pi du Mon Sé Missel tai ka la Contrescarpa
En écoutant parler les gens de ce pays
Ai n’éketai parlô lo mondo du païy
On dirait que le vent s’est pris dans une harpe
On dere ke lo vé se pra dedé na arpa
Et qu’il en a gardé toutes les harmonies.
Pi ke l’ai n’a gardô tote le z’armoni.

                                III

Dans cette langue belle aux couleurs de Provence
Dé chetia lingua brava eu kolor de provaisse
Où la saveur des choses est déjà dans les mots
Yon la savor de l’seuze ye deuja dé leu mou
C’est d‘abord en parlant que la fête commence
Ye d’abôr ai parlai ke la féta kemaisse
Et l’on boit des paroles aussi bien que de l’eau.
Pi on ba de parôle asse biai ke de l’édïye.

                                  IV

Les voix ressemblent aux cours des fleuves et des rivières
Yo voua ressaibl’u kor deu flouve deu revire
Elles répondent aux méandres, aux vents dans les roseaux
Le répond’u méaidre, u vé dé leu reuzô
Parfois même aux torrents qui charrient du tonnerre
Adko mem’u torai ke sarrion de tonére
En polissant les pierres sur le bord des ruisseaux.
Ai polissai leu piarr’ su lo bôr dé ruissé.

                                  
V

C’est une langue belle à l’autre bout du monde
Ye na lingua ke brava u savon de chomondo
Une bulle de France au nord d’un continent
Pi na bela de Fraisse u nôr d’on kontinai
Sertie dans un étau et pourtant si féconde
Sarô dai on n’étô pi pretai se fékond’
Enfermée dans les glaces au sommet d’un volcan.
Aifarmô dé le liass’ u some d’on volkai.

                                  
VI

Elle a jeté les ponts par-dessus l’atlantique
La ben zetô leu pan pe dessu l’atlaitico
Elle a quitté son nid pour un autre terroir
Pi la ketô son ni pe va n’atro tairoir
Et comme une hirondelle au printemps des musiques
Mé kemai n’irondale u printé de l’mezeke
Elle revient nous chanter ses peines et ses espoirs.
Le revin no saitô se pinne seu z’espoir.

                                 
VII

Nous dire que là bas dans ce pays de neige
No dere ke la-bô dai cho païy de neze
Elle a fait face aux vents qui soufflent de partout
La  fé fasso u vé ke soflon de preto
Pour imposer ses mots jusque dans les collèges
Pe impozô seu mou taike dé leu keulôzou
Et qu’on y parle encore la langue de chez nous.
Pi kon y parl’ onkôr la lingua de vé no.

                                  VIII

C’est une langue belle à qui sait la défendre
Ye na lingua ke brava pe ki sa la défaidre
Elle offre les trésors de richesse infinies
Ke uffre de trézôr de ressess’ infini
Les mots qui nous manquaient pour pouvoir nous comprendre
Leu mou ke no maikavon pe pova no kompraidre
Et la force qu’il faut pour vivre en harmonie.
Pi la fôrce ki fô pe vivr’ai n’armonie.

                                   IX

Et de l’île d’Orléans jusqu’à la Contrescarpe
Mé de l’il’ d’Orléai tai k’a la Contraiscarpa
En écoutant chanter les gens de ce pays
Ai n’éketai saitô lo mondo du païy
On dirait que le vent s’est pris dans une harpe
On dere ke lo vé se pra dedé na arpa
Et qu’il a composé toute une symphonie.
Pi ke l’a composô tota na symphonie.

                                   X

Et de l’île d’Orléans jusqu’à la Contrescarpe
Mé de l’il’ d’Orléai tai k’a la Contraiscarpa
En écoutant chanter les gens de ce pays
Ai n’éketai saitô lo mondo du païy
On dirait que le vent s’est pris dans une harpe
On dere ke lo vé se pra dedé na arpa
Et qu’il a composé toute une symphonie.
Pi ke l’a composô tota na symphonie.