Sur l’air du « Roi Dagobert »

                I

En janvier mois de froid
E janvier, mà de fra
On ne sort pas trop de chez soi,
On ne seu pau trou de vè cha,
De la neige, du verglas
De nezhe, de verlia
Toute la campagne est couverte
Touta la quèpagne crevia
Pendant la journée
Pèdè la zhournau
On fait la mêlée,   
On fa la méliau,   
Pour se réchauffer
Pe che réshodau
On va au fourneau
On va u fourniau
Mais le soir à la veillée
Mé lou cha, la vellia,
Quand on est tous rejoint près du feu
Qu’on ne tui rezhoin près du foua
On brasse les atouts
On brache leu jatou
Souvent jusqu’à l’aube du jour,
Chouvè tin qu’à l’arba du zhou.


                II

En février le soleil   
E fevri lou chelo
Se fait voir quelques fois   
Che fa va lou nau quauque co
Pour venir ranimer
Pe veni ranimeu
Carnaval s’il n’est pas gelé,
Carmètré si ne pau zhelau
Il faut voir le jour   
Et faut va cho zhou
Fait pour les amours
Fait pe leu j’amou
Tous les rendez-vous
Tui leu rendez-vou
Qu’il cache partout.
Qui cashe pretou,
Les jeunes deux à deux
Leu zheunou deu j à deu
Vont brûler leurs folieux   
Vont fozhe brulau jo faulieu
Pendant qu’à la maison
Pèdé quà la méjon
On prépare les matefaims.   
On prepazhe leu matafon.


                III

En mars, la charrue
E mars, la shoucha
Qu’on avait rentré tout l’hiver,
Qu’on ave étouya tout l’eva,
S’il ne fait pas trop froid
Sé ne fa pau mé fra
Commence à tracer quelques raies.
Quemèche à trache quauque rat.
Mais les giboulées   
Mé le zhèboulé   
Dans le renouveau
Dè  lou renouvé
Empêchent souvent
Epashon chouvè
D’en faire bien long.
Dè fauzhe biè grè
On est « encarêmé »,
On ne l’ècazhin-nau
Déjeuner le ventre fait mal
De zhon-nau lou vètrou fi mau   
Mais à Pâques sonné
Mé à Pauque chounau   
Chacun pourra se rattraper.
Shaution pourra che rattapau.



                IV

Avril une fois venu,
Avri on co venu,
Qu’on a entendu le coucou,
Qu’on a étédu lou concu,
Tout quitte la maison   
Toute quete la majon   
S’en va travailler dans les champs.   
Sè va travaille de leu shon.
C’est dans ce mois
Eye dè cho mà   
Qu’on fait les semis ;
Qu’on ba leu tremà   
Tous les paysans   
Tui leu payjon
Sèment à pleines mains.
Chenon à plin mon.   
Dans les bois, les buissons   
Dè leu beu, leu boichon
Tous les oiseaux jusqu’au « buchon »
Tui leu j’oizé, tinqu’u busnon
N’arrêtent pas de chanter   
N’aréton de shètau
Pendant qu’ils soignent leurs couvées.
Pèdé qu’y senion jo convau.


                V

Mais de tous, c’est mai
Mé de tui, éye mai
Le mois le plus beau, le plus gai.   
Lou ma lou ple biau, lou ple gai.
Dans ce temps des fleurs
Dè cho tin de fleu
Tout vit de plaisir, de bonheur.
Tout vit de plasi, de beneu.
Dans tous les vergers
Dé tui leu verzhi
Les arbres à fruits,
Leu j’abrou à fri,
Se charge de fleurs
Che sharzhon de lio
De toutes les couleurs.
De toutes coulo.
Depuis le beau vacher   
Depi lou biau vashi
Jusqu’au grand valet, au bouvier,   
Tinqu’u grè vaule, u bouvi,
Chacun ressent l’ardeur,
Shotion ressin l’ardeu,   
L’amour revenu dans son cœur.
L’amou, reveni dè chon coeu.


                VI   

Quand vient le mois de juin,
Qué vint lou ma de juin,
Arrive le moment des foins
Arreve lou moumè dé fein
Au pré du grand matin
U prau du grè matin
On est à cheval, sur l’andain.
On ne t’ashevau su l’édin.
Il faut voir ce foin
Effau va cho fein
Quand il fait beau temps
Què é fa bon tein
Si on le fait sauter
Chon lou fa chautau
Toute la journée.
Touta la zhournau.
Pourtant certains ouvriers   
Pretè chartin j’ouvri
Oublient quelques fois l’outil
Ebleyon quauqué co l’oti
S’il y a des faneuses
Sé ya de fenezhi
Dans les prés pour les divertir.
Dé leu prau pe le dèvreti.


                VII

En juillet la moisson
E juillet la machon
Qui a mûrit depuis la Saint Jean,
Qu’à mozhau depi la Sè Zhon,
Amène dans les champs
Amin-ne dè leu shon
Tout le monde de la maison.
Tout lou mondou de la méjon.
Avec quel plaisir
Avoua qué plasi
Les bons moissonneurs
Leu bon machouni
Mordent aux sillons
Meurdon u chelion
De quelque Suzon.
De quauque Sezon.
Celui qui attrape la croix
Cho qu’attrappe la crui
L’habille des plus beaux épis
L’habelie dé ple biau z’épi
Quand on prend le renard
Què on prè lou rena
On huche à gorge déployée.
On ushe à queurzhe déplaya.


                     VIII

Mais de toute l’année,
Mé de touta l’enau,
C’est le mois d’août le plus chaud.
Eye lou ma d’eu lou ple shau.
Qu’on se fait donc suer
Qu’on che fa don trauchau
Si on bat toute la journée
Chon n’équeu touta la zhournau
Une fois le pailler
On co chon lo pali
Peigné, bien bridé
Pienau, biè bredau
Puis sur le grenier
Pi su chon greni
Le blé tout criblé,
Chon blau tou queblau,
Tout content le fermier
Tout contè lou fremi
Rassemble tous ses moissonneurs
Rassèble tui seu machouni
On fait les matefaims
On fa leu matafon
On chante, on secoue le tonneau.
On shète, on chequeu lou pochon.


                   
IX

Septembre, les raisins
Septembre leu raijin
Qui nous donnent du si bon vin,
Que nous baillon de che bon vin,
Pour nous faire chanter
Pe nous fauzhe shètau
Sont mûrs, il faut les ramasser.
Chon mo, è fau leu ramachau.
Dans ce même temps
Dè cho mémou tein
On fait les regains
On fa leu revein
Puis ceux qui ont le loisir
Pi cé qu’on lési
Prennent un fusil
Prenion on fesi
Mais souvent le permis
Mè chouvè lou premi
Ne sert que pour chercher un gibier
Ne cha qu’à shourschië na gebi
Qu’on se garde bien de tuer,
Qu’on ne tuve pau teu,
Quand même on le trouve dans le bois.
Què bin le trouveau dè leu beu.


                X

En octobre les jours
En n’octobre leu zhou
On déjà gros diminué chez nous
On zhia greu dèfourzhia vé nou
Pourtant les paysans
Preté leu payjon
Ont beaucoup d’ouvrage de tous côtés.
On greu d’euvra de tui leu lion.
Il faut ramasser
Et fau ramachau
Pour pouvoir fumer,
Pe pouva femau,
Vite labourer
Vitou labouzhau
Puis courir semer.
Pe coure chenau.
Il faut être partout,
E fau étre pretou,
A la maison, aux champs, au four
A la mèjon, é shon, u fou
Souvent il faut veiller
Chouvè è fau vellië
Jusqu’à minuit pour défeuiller.
Trinqu’à minai pe dépellië.


                XI

En novembre, les jours
E novembre, leu zhou
Deviennent mauvais comme tout.
Devenion mauvais quemè tout,
On ne voit que brouillards
On ne va que brouilla
Qui sont souvent joliment froids.
Que chon chouvè brovamè fra.
Lors même que dans les champs
Què bin dé leu shon
Il n’y fait pas bon
E n’y fa pau bon,
Il faut s’y tenir,
E fau s’y teni,
Couvrir ses raviers.
Crevi leu ravi,
Il n’y a plus de chaleur
E n’a pau mé de shau
Les nuits commencent à geler
Le nai quemèchon à zhelau
La neige, les givres
La nezhe, leu zhevrin
Suivent de près la Saint Martin.
Suivont de prè la Sè Martin.


                XII

En décembre finit tout,
E décembre assui tout,
Le chaud, les travaux, les beaux jours.
La shau, leu travau, leu biau zhou.
Ce mois n’a que Noël
Chau ma na que Nouyé
Pour nous rendre un peu de gaîté.
Pe nou rèdre on peu de gaité.
Quand vient la minuit
Què vin la mimai
Dans cette grande nuit,
Dè che la grè nai,
Chacun de tout son coeur
Shaution de tou coeu
Fête le sauveur.
Fète lou sauveu.
Passé ce jour, l’année
Pachau cho zhou l’ènau
S’en va déclinant à grands pas
Sè va dèclinai à grê pau
Semblant nous dire à tous
Sêblé nou dezhe à tui
Comme tout passe, comme tout finit.
Quemè tout pache, tout assui !