« Mieux vaut un temps de saison qu’une bonne fumure ».
« é vô myo on té de sazon ke na bena femere ».

Depuis quelques semaines, Jean et Marie Louise, à la ferme de Curtavoche,
Depi kéque chemanne, Jyan pi Marie Louise, a la freme de Keurtavosse,
sentent un frémissement au cœur d’une nature avide de renouveau ! L’air
chouinton on frémissemai u kieur de na natere avida de renouvé ! L’ar
et la terre se grisent de parfums oubliés depuis longtemps. Impatients de
pi la tara che grizon de parfin ébleya depi grèté. Inpôchyè
replonger dans leurs travaux de printemps, les paysans savent qu’ils
de replonzhye dé lé travô de renouvé, lé païzan chavon qui
resteront moins à l’intérieur. C’est l’appel du large, même si nous
vè mouin demeurô a la mazon. E ye l’apal du larzhou, mémou si on
ne sommes pas en mer, les vagues c’est la glèbe. La vache « la jolie »
ne pô è mar, le vague é ye la glèbe. La vasha « la brôva »
occupe la première place en entrant dans l’étable. L’hiver, on soigne le bétail
che treuve a la premire plache è ètrè dé la buzhe (bure). L’evar on senye le béte
surtout avec les remèdes anciens transmis oralement de générations en
surtou avoua lé remede èssien trèsmi de générachyon è 
générations. Marie-Louise pose le joug double sur la nuque de « la jolie »,
générachyon. Marie Louise peuze lou zho droblou su la lyata de « la brôva »,
de race montbéliarde. L’attelage a été dressé par Jean.
de racha monbéliarde. L’atelazhou a étô drechya pe Jyan.
L’apprentissage des bœufs est plus complexe et plus dangereux. Le joug est
L’aprètisazhou dé boue é ye ple complicô pi ple dèzhero. Lou zhou e-
en bouleau. Il  pèse moins pour les bêtes que les jougs fabriqués en chêne.
t-è boulô. I péze mouin pe le béte ke lé zho fabricô è shônou.
Souvent, les fabricants de jougs façonnaient aussi des sabots. Ils savaient
Chouvè lé fabrikè de zho fabricôvon  azhi (ari) dé chabou. Y chavan
où creuser avec l’herminette pour que le joug ne blesse pas les bêtes
kemè krujye avoua l’erminète pe ke lou zho n’afeule pô le beta
et que l’emplacement des cornes soit exactement au bon endroit.
pi ke l’éplachemé de le kyeurne chaye exactemè u ben èdra.
Plus tard, on en fera des lustres ou des lampadaires, passe le temps !...
Ple tar, on è fera de lustre donbin de lèpadère, pôche lou té !...


La deuxième vache de l’attelage, c’est « la reine ». Dans les deux anneaux,
La chegonda vashe de l’atelazhou, é ye « la rinna ». Dé le douve boulye,
sous le joug, au milieu, on passe le timon des chars. Il est retenu en place
chou lou zho, u mouatin, on pôche lou temon dé shère. Al e retenu è plache
par une grosse cheville, enfilée dans le trou situé à l’extrémité du timon.
pe na greussa shevelye, èfelô dé lou goule plachya u shavon du temon.
De la voix et de l’aiguillon, Jean fait reculer l’attelage de ses deux vaches, jamais
De la voua pi avoua n’olye, Jyan fa rekelô l’atelazhon de che douve vashe,
de violence. Il existe une réelle complicité entre l’homme et les bovins. Le char a
sè violèsse. Y’ existe na vra complicitô ètremi l’oumou pi le béte. Lou shère
les roues cerclées de fer.
a le reuve serclô de far.


Les prunelliers et les noisetiers commencent à bourgeonner, l’environnement a
Lé poulashi pi lé j’alagni kemésson a bourzhounô, l’évirounemé a
souffert d’un hiver glacial depuis novembre. Certaines branches n’ont pas supporté
sefri den’ evar vra fre depi novèbre. Y’a de branshe ke n’on pô supourtô
le poids de la neige de février, les cassures dessinent des estafilades claires sur les
la pa de la nezhe de fevri, le cassere dessinon dej’ éstafilade lyare su lez’
écorces sombres. Dans les prés, les zones jaunâtres sont remplacées par le vert.
écourhe chombre. Dé lé prô, le zeunes rouchete chon rèplachya pe lou vre.


On charrie le fumier, stocké tout l’hiver et où les poules venaient chercher des vers.
On sharaye lou femi, stoukô tou l’evar pi onvu ke le pioulaye venivon keri de var.
Depuis le tombereau on le dépose en petits tas réguliers sur toute la parcelle et on
Depi lou tonberé on le dépeuze è p’te keshon régulié su touta la parcelle pi on
l’épand à la fourche, avant que le fumier ne sèche et perde sa qualité. La terre
lou kate avoua la tré, avè ke lou femi ne chourlye pi ne parde sa kalitô. La tara
est gourmande. Parfois, il faut ensuite élaguer pour éviter la végétation parasite.
e groumède. Adeco, é fô élagô apré pe évitô la végétachyon parasite.
On doit pourtant laisser des arbres pour que les bêtes soient à l’abri du vent et des averses
On da pretè lachye dej’ abrou pe ke le béte chayon a l’avre du vé pi dej’ avarche
froides qui arrivent de l’ouest, car on coupe de plus en plus les buissons.
frade k’arevon du lyan du cha, perka on kyeupe touzhou mé lé boisson.


Il faut aussi penser au bois de chauffage. Pour élaguer, l’outil essentiel est le goyard.
E fô ari chonzhye u beu de sharfazhou. Per’ élagô, on se char surtou du gouyar.
Pour les troncs on utilise la scie « passe partout » à genoux ou accroupis
Pe le tronshe on utilije lou « pôche pretou » donbin séton a zheno donbin acroupoutô
en tirant sans à-coup. Avec les branches droites, on fera des piquets pour renforcer
è terè  sèz’aco. Avoua le branshe drate, on va fére de peque pe rèfoursô
les clôtures des prés, avec du fil de fer barbelé à retendre ou réparer. Avec le bon sens
le clotere dé prô, avoua de fi d’arshiô a retèdre donbin réparô. Avoua lou bon sèsse
et la philosophie  paysanne, on dit :« tout ne peux pas se faire d’un coup : siffler,
pi lo filosofie païzane on di : « tou ne peu pô che fére d’on co : seblô,
appeler le chien, guider l’âne et pousser la charrette ».
apelô lou shin, guedô l’ônou pi possô la shareta. »


Voici quelques proverbes importants au mois de mai :
V’tya kéque proverbe èpourtè u ma de mé :

- La lune rousse est toute bonne ou toute mauvaise.
- La lena roucheta e touta bouena donbin touta môvéze.

- Les onze, douze et treize mai, saints Mamert, Pancrace et Servais sont dits
les saints de glace,tout un programme.
- Lé onje, douje pi tréze du ma de mé, Sè Mamert, Pécrache pi Zherve son di
lé chin de lyache, tout’ on programe.


- Toujours en mai, le trois jours des rogations donnent respectivement le temps des foins,
des moissons et des vendanges.
- Touzhou u ma de mé, lé tra zhour de le rogachion balyon rèspèctivemè lou té dé fin,
d’le masson pi d’le vèdèzhe.


Le programme du mois de mai est tracé et vive le printemps.
Lou programe du ma de mé e trachya pi vive lou renouvé.