(d’apré on manuscri de 1749)
(d’après un manuscrit de 1749)


                           I

Quand le bonhomme revint du bois
Quand lo benhom’vinci du beu
Quand le bonhomme revint du bois
Quand lo benhom’vinci du beu
Trouva sa femme ivre               
Trovi sa fènna ivra,                   
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,   
Trouva sa femme ivre.               
Trovi sa fènna ivra.

                           II

Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?            
Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?            
Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?            
Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?   
J’ai un grand mal de tête       
Z’ai on gre mau de téta ;   
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,       
J’ai un grand mal de tête.      
Z’ai on gre mau de téta.

                           III

C’est donc venu bien promptement            
Y don bin venu prontaman               
C’est donc venu bien promptement            
Y don bin venu prontaman               
Faut boire une tisane ;               
Faut bayre na tisanna                
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,       
Faut boire une tisane.               
Faut bayre na tisanna.

                            IV

L’homme, je n’ai pas trop grand soif            
L’homo, ze n’ai pô tro gran say 
L’homme, je n’ai pas trop grand soif            
L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’eau me fait malade ;               
L’aidie me fa malada ;               
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
L’eau me fait malade.            
L’aidie me fa malada.

                           V

Il faut quérir le médecin               
E fô queri lo médecin   
Il faut quérir le médecin               
E fô queri lo médecin    
Le meilleur de la ville.                   
Lo melio de la vela                   
Oui, ma foi oui, mon âme oui,          
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,       
Le meilleur de la ville.                   
Lo melio de la vela.

                           VI

Quand le médecin fut venu               
Quand lo medecin fu venu 
Quand le médecin fut venu               
Quand lo medecin fu venu 
Connut la maladie ;                   
Cognu la maladia ;                   
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,   
Connut la maladie.                  
Cognu la maladia.

                           VII

Il faut lui faire un bon bouillon
E faut li faur on bon belion
Il faut lui faire un bon bouillon,
E faut li faur on bon belion
Un bouillon de bourrache ;
On belion de borache ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Un bouillon de bourrache.
On belion de borache.

                           VIII

J’aimerais mieux une soupe au vin
J’aimerais mio n’a sop en vin
J’aimerais mieux une soupe au vin
Z’aimerais mio n’a sop en vin
Faite dans un seau de bois ;
Fayta dè na greletta ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Faite dans un seau de bois.
Fayta dè na greletta.
Faite dans un seau de bois.

Fayta dè na greletta.

                           IX

Si je venais à mourir
Se ze venivai à meri
Si je venais à mourir
Se ze venivai à meri
Enterrez moi à la cave ;
Enterô m’à la cova ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Enterrez moi à la cave.
Enterô m’à la cova.

                           X

Les deux pieds contre la paroi
Leu deu piè contre la paray
Les deux pieds contre la paroi
Leu deu piè contre la paray
La tête sous le fausset ;
La téta sous la gueille ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
La tête sous le fausset.
La téta sous la gueille.

                           XI

Toutes les gouttes qui tomberont
Tote le gotte que chèron
Toutes les gouttes qui tomberont
Tote le gotte que chèron
M’arroseront la langue ;
M’areuseran la lingua ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
M’arroseront la langue.
M’areuseran la lingua.

                           XII

Filles, qui allez souvent au vin
Feille, qu’allo sovan u vin
Filles, qui allez souvent au vin
Feille, qu’allo sovan u vin
Ne tordez pas le fausset ;
Ne torzi po la guille ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Ne tordez pas le fausset.
Ne torzi po la guille.