Pour les maux de cou, prendre une infusion de feuilles de ronces ou bien un foulard de soie !
PE LEU MÔ DE KO, PRAIDRE N’AIFUJION DE FOILIE DE RONZ, DON BIN ON FOLAR DE SEYA !

Pour digérer mieux, et pour bien dormir, l’infusion de camomille est recommandée.
PE MIO DIGERO, DON BIN PE BIAI DREMI, L’AIFUZION DE CAMOMELIE E REKEMAIDÔ.

Pour soigner la coqueluche, le lait de jument est radical, mais il n’est pas bon.
PE SOIGNE LA KOUKLESSE, LÔ LA DE ZEMAI E RADICAL, ME YE PÔ BON.

Pour les douleurs, on faisait des cataplasmes de farine de lin et de moutarde.
PE LE DOLOR, ON FAZE DE KATAPLASME DE FARENA DE LIN , PI DE MOTARDA.

Pour calmer les brûlures on prenait une pomme de terre cuite.
PE KALMÔ LE BRELERE, ON PRENAVE  NA KATROFLA KOUATE.

Quand on a un bouton qui a du pus dedans, on met tremper des gaudes (farine de maïs grillé) avec du lait et du savon râpé, en les mélangeant bien. On fait un cataplasme qu’on met au bon endroit. Cà fait « donner » le bouton, c’est-à-dire couler le pus.
KAI ON  A ON BOTON KA D’PU DE Dé, ON METTE TRAIPÔ DE PO (FARENA DE PANE) AVOUA DE LA PI DE SAVON RAPÔ, AI LEU MéLAIZAI BIAI. ON FA ON KATAPLASMO KON METTE U BEN’AIDRA. Y FA « BAILLE » LO BOTON, YE T’A DERE COLÔ LO PU.

Contre les vers des enfants, il faut porter un collier d’ails, et mettre une gousse d’ail dans le lait que l’on fait boire.
CONTRO LEU VAR DEU PTIE, Y FÔ PORTÔ ON KOLY D’ALYE, PI METTE NA GOSSE D’ALYE DAI LO LA KON FA BARE.

Pour les yeux irrités, ma mère se les lavait avec de la sève de vigne. On pendait une bouteille au bout d’un sarment coupé, lorsque la vigne pleurait au printemps; On récupérait délicatement la bouteille et ma mère se lavait les yeux avec.
PE LEU ZU IRRITÔ, MA MéRE SE LE LAVAVE AVOUA Dé SéVE  DE VEGNE. ON PAIDAVE NA BOTEILLA U SAVON DON SARMAI COPÔ, Kè LA VEGNE PLEURAVE U PRINTé. ON REKUPéRAVE DéLIKATAMAI LA BOTEILLIE. PI MA MéRE SE LAVAVE LEU ZU     AVOUA.