I                          

On dit qu’il y a des messieurs pour apprendre   
On di qu’è ya de monssu pe z’apréde      
de l’esprit aux fous, de la ruse aux crétins.
d’èmou é  fo de ruja è crétins.          
Aux paysans pour pouvoir en revendre       
E payizan pe prouva è révèdre            
il faut ma foi se réveiller matin,            
e fau ma fa che révelie matinn,           
il faut ma foi se réveiller matin.          
e fau ma fa che révelie matin.           
Honnête et franc, méprisant la carotte       
Honnête et franc, méprijè la carrouta        
pour lui l’honneur passe avant les écus.      
pre lui l’honneu pache avè leu z’écu.       
Puis s’il s’agit de donner une calotte,            
Pi sé chazi de baille na calouta,           
les paysans valent bien les messieurs,       
leu payizan vaillon bin leu monssu,       
valent bien, valent bien les messieurs,      
vaillon bin, vaillon bin leu monssu,       
valent bien, valent bien les messieurs.    
vaillon bin, vaillon bin leu monssu.    


            
        II                           

Quand à douze ans, j’allais à l’école,            
Qué à douje ai d’allauva à l’écoeula,       
j'apprenais le long des chemins,

d’apreniva, lou valin dè shemin,   
       
à colleter à bien faire la roue ;          
a goulattau à biè fauzhe la reuva ;            
quand un monsieur me traita de gamin,       
què on monsu me traiti de gamin,           
quand un monsieur me traita de gamin.      
què on monsu me traiti de gamin.            
Il m’appela : Paysan la besace.            
Y m’appeli : payizan la besache.            
Je lui réponds : Tu m’a l’air d’un canut.      
L’y rèpondi : te m’au l’air d’on canu,        
on s’empoigna tous les deux par la tignasse.   
on s’épegni tui deu pe la tegnache.     
Les paysans valent bien les messieurs,      
Leu payizan vaillon bin leu monssu,       
valent bien, valent bien les messieurs,       
vaillon bin, vaillon bin leu monssu,       
valent bien, valent bien les messieurs.
vaillon bin, vaillon bin leu monssu.      
               

                        
III                           

Vers quinze ans, j’avais déjà le visage       
Vé meu quinjê, d’ava zhia lou vezazhou       
garni de poils, noircissant sous le nez ;       
garni de pa, nazhayè chou lou nau ;       
il n’y avait pas dans tout le voisinage,       
e n’ave pau dè tou lou vezenazhou,        
un gars plus droit, un cadet mieux planté,       
on ga ple dra, on cadé mio plètau,            
un gars plus droit, un cadet mieux planté.       
un ga ple dra, on cadé mio plètau.          
Je portais mon chapeau sur l’oreille,          
De pourtauva mon shapé su l’ourellie,       
mieux qu’un préfet ne porte son cornu ;       
mio qu’on préfet ne peurte chon cournu ;       
sans leur parler, j’aimais déjà les filles.       
sai leu parlau d’amauva zhia le fellie.        
Les paysans valent bien les messieurs,       
Leu payizan vaillon bin leu monssu,       
valent bien, valent bien les messieurs,       
vaillon bin, vaillon bin leu monssu,       
valent bien, valent bien les messieurs.   
vaillon bin, vaillon bin leu monssu.   


                     
  IV

Mais à vingt ans, ce fut autre chose ;
Mé à vingt è, é fu bin autre seuje ;
je n’avais bien sûr pas mon métier à Paris.
n’ava biè su pau mon métie à Paris.
Je fus nommé pour la taille, ma force,
De fu noumau pe ma taille, ma feuche,
le porte drapeau des conscrits du pays,
lou peurte drapiau des conchcri du paï
le porte drapeau des conscrits du pays.
lou peurte drapiau des conchcri du paï. 
De tous côtés, toutes les jeunes filles
De tui leu lion, toute le zheune fellie
en me voyant m’avalaient des yeux.
e me va yé m’avalauvon dè z’u.
Ne serait ce que pour jouer aux quilles.
Ne sezhe t’eu que pe zhouhie à le guellie.
Les paysans valent bien les messieurs,
Leu payizan vaillon bin leu monssu,
valent bien, valent bien les messieurs,
vaillon bin, vaillon bin leu monssu,
valent bien, valent bien les messieurs.
vaillon bin, vaillon bin leu monssu.


                      
V

Un peu plus tard, quand arrivèrent les guerres,
On peu ple ta, què vinsizon le garre,
qui ont éclaté, pour la Révolution ;
qu’on éclatau, pe la révolution ;
en combattant dans toutes les bagarres,
e combattai dè toute le bagarre,
j’étais toujours placé au premier rang.
d’ézha touzhou placha u premi ron.
J’étais toujours placé au premier rang.
D'ézha touzhou placha u premi ron.
Pendant ce temps, en arrière, les voitures
Pèdè cho tin, è deri le vatezhe
traînaient les messieurs trop ventrus.
sharrayovon leu monsu trou vètru.
Dans les combats, laissez moi vous le dire.
Dè leu comba, lèchau me vou zeu dezhe.
Les paysans valent bien les messieurs,
Leu payizan vaillon bin leu monssu,
valent bien, valent bien les messieurs,
vaillon bin, vaillon bin leu monssu,
valent bien, valent bien les messieurs.
vaillon bin, vaillon bin leu monssu.


    
                  VI

Mais, mes enfants, la force, le courage,
Mé, meu z’éfè, la feuche, lou couzhazhou,
qui avaient de moi fait un preu, un vaillant,
qu’avon de ma fé on preu, on vaillè,
ont décliné, et je sens que je plie.
ou déclinau, de sintou que de plaïou.
Sous mes cheveux blancs, sous mes 80 ans,
Chou mon pa blanc, chou meu quatrou vin z’é,
sous mes cheveux blancs, sous mes 80 ans.
chou mon pa blanc, chou meu quatrou vin z’é.
Mais si pourtant, quoique j’aie des béquilles,
Mé che pretè, quèbin zai de bequellie,
quelque monsieur me disait : t’es fichu ;
quéque monssu me dije : t’é foutu ;
j’aimerais bien lui frotter les oreilles.
d’amezha greu li fretau le j’ouzhellié.
Les paysans valent bien les messieurs,
Leu payizan vaillon bin leu monssu,
valent bien, valent bien les messieurs,
vaillon bin, vaillon bin leu monssu,
valent bien, valent bien les messieurs.
vaillon bin, vaillon bin leu monssu.