Le chêne un jour dit au roseau :
    Lo sano, on zor de tu rouzé :
    Vous avez bien sujet d’accuser la nature.
    Vo za bin seje d’akezô la natera ;
Un roitelet pour vous est un pesant fardeau.
On ratele pe vo, ye on pesai fardo.
Le moindre vent d’aventure
Lo mindre vé ke d’ava
fait rider la face de l’eau,
fa redô la fache de l’édye
vous oblige à baisser la tête :
vo z’ubleze a bache la téta :
Cependant que mon front au Caucase pareil
Sepaidai ke, mon fron, u kaukaze pare,
non content d’arrêter les rayons du soleil,
nô contai d’arétô lou reillon du selo,

    brave l’effort de la tempête.
    bravou l’éfaure de la tépèta .
Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr.
To vo ze t’aquilon, to me saible zéphyr.
Encore si vous naissiez à l’abri d’un feuillage
Aikor, si vo nashive ve l’aver du foulyazo
    dont je couvre le voisinage
    don ze covro lo vazenazo ,
   Vous n’auriez pas tant à souffrir :
    Vo n’ariô pô tai t’a seffri :
    je vous défendrais de l’orage ;
    ze vo défaidrai de l’orazo .
    Mais vous naissez le plus souvent
    Mé vo nate lo ple soviet
sur les humides bords du royaume du vent.
su leu zumedo flan deu royaume du vé.
La nature envers vous me semble bien injuste.
La natera aivar vo me saible bin injesta.
Votre compassion, lui répondit l’arbuste,
- Voutra compachon, li répondi l’arbusto,
part d’un bon naturel ; mais quittez ce souci,
vin don bon natezhal, mé ketô don cho seussi ,
    les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
    leu vé me son min ka vo redotablo.
Je plie et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Ze pleillo , mé ne ron pô - vo za tan ka vor,
    contre leurs coups épouvantables
    contre yeu ko épovaitablo
    résisté sans courber le dos.
    résistô sai pleille lo rin ;
Mais attendons la fin. » Comme il disait ces mots,
Mé attaidon la fin-kmè y deze cheu mô
du bout de l’horizon accourt avec furie
du savon de l’orizon accor avoua feri.
    Le plus terrible des enfants
    Lo ple terriblo dé zèfai
que le nord eut porté jusque là dans ses flancs.
ke lo nôr u pôrtô tè ka vor dé sou flai,
    l’arbre tient bon, le roseau plie ;
    l’abro tin bin ; lo rouzé pleille
    le vent redouble ses efforts,
    lo vé redoble sou  z’éffaur ,
    et fait si bien qu’il déracine,
    pi fa si biè ki dérassene,
celui de qui la tête au ciel était voisine,
cho de kui la téta u siel ére vazena ,
et dont les pieds touchaient à l’empire des morts.
pi don leu pie tossavan a l’aipir deu môr.