Lorsque la moisson est toute rentrée, dans la grange,
Què la masson tota raitrô, dè la graize,
ou bien sur la meule lorsque l’on manque de place, on songe aux battages.
don bin su lou meillar si on maique de place, on sonze u batazo.

C’est un moment d’échange de services, moitié travail, moitié fête.

Ye ton momai de charvisso, matia travô, matia féta.
Il faut du monde pour faire fonctionner le chantier. Il fait chaud, il y a de la poussière.
I fô d’mondo pe fé fonctionnô lou saitié. I fa sô, è poseille.
On prévient les voisins. En retour, on va chez eux le moment venu. Les bœufs amènent la batteuse,
On prévin lou vazin. Ai retor, on va vé io lo momai venu. Lou boue amenon la machina,
puis la chaudière dans la cour. Pour commencer le mécanicien donne quelques coups de sifflet avec la vapeur.

pi la sodire dé la cor. Pe kemèche lo mécanichin baille queuque co de sebble avoua la vapeur.
Il y a une quinzaine de participants au minimum :
Ya na quinzinna de participai u moin :
les plus forts sont aux sacs de grains, les plus habiles, pour porter la paille
leu ple fôr chon u sa de gran, leu plez’ abilou, pe pôrtô la paille
et monter à  l’échelle ; deux habitués font le pailler, les autres sont aux gerbes,
pi montô a l’échiela ; a dou zhabituô y fai lo pali, leu z’atro a l’zarbe,
ou pour faire les fourchées ; le plus mal servi se retrouve à la gueule de la machine pour transporter la balle,
pi pe fé le forchô, lo ple mô charvu se retrove a la geula d’la machina pe portô leu baleu,
« la chèvre ». Toute la journée quelqu‘un circule sur le chantier pour apporter à boire
« la sievra ». Tota la zornô on passe su lo saitié pe porto a bare
et ainsi faire glisser la poussière. Lorsque c’est fini, vient le moment de passer à table,
pi fére calô la possire. Kè ie t’assui, vin lo momai de passô a trabla,
avec plein de bonnes choses.

avoua plein de bene souze.


Lorsque l’on a bien mangé, on chante, on raconte des histoires,
Kai on n’a biè maijia, on saite, on raconte de z’histoires,
on fait des plaisanteries.
on fa deplazaiteri.


Les chantiers de battages étaient des moments très durs, pour faire toute la tournée, il fallait longtemps.

Lou batazo ére on momai vra dur, pe fé tota la tornô, y faille on momai.
Mais on rencontrait de véritables plaisirs autour de la table.
Mé on passave de vra plazi lator d’la trabla.