Brouillard de mai, chaleur de juin, amènent la moisson à point.
Broulya de mè, shalo de zhuin, aminon la machon a pouin.

Les orages ne sont pas méchants, que quand est passée la saint Jean.
Léj’ourazhou ne chon môvé, que tyè ye pachô la Sè Zhan.

Si  juin fait la quantité, septembre fait la qualité.

Che zhoin fa la quantitô, septembre fa la calitô.

L’eau de la saint Jean (24 juin), ote le vin et ne donne pas de pain.

L’édye de la sè Zhan, eute lou vin pe ne balye poin de pan.

Saint Jean nous doit une averse, sinon saint Pierre nous la verse.
Sè Zhan nou da n’avarcha, don bin sè Pyarou nou la varche.

Saint Paul et saint Pierre en pluie, trente jours dangereux.

Sè  Pyarou pi sè Paul è plouzhe, trèta zhou danzhezho.

En fin juin, vent du soir, pour les blés bon espoir.

E fin de zhoin, vè du cha, pe lè blô bun espoir.

S’il pleut le 03 juillet, il pleut jusqu’au 18 août.

Sè pleu lou tra zhulye, è pleu tinc u dijoue du ma d’eu.

Juillet sans orage, famine au village.

Zhulye séj ourazhou, famena u velazhou.

S’il pleut à la sainte Clarisse (douze août), c’est souvent comme vache qui pisse.

Sè pleu à la sète Clarisse, e chouvè quemè vasse que peshe.

Juillet ensoleillé, remplit caves et greniers.

Zhulye échouzelya, rèpla côve pi dyairni.