Travaillez, prenez de la peine :
Travaillô, preni de pinna :
c’est le fonds qui manque le moins.
ye lo fon que maique lou min.
Un riche laboureur, sentant sa fin prochaine,
On ressou labouriô, saitai sa fin qu’arreve,
fit venir ses enfants, leur parla sans témoin.
fi veni sou z’aifai, pi leuzi parla sè témoin.
« Gardez vous, leur dit il, de vendre l’héritage que nous ont laissé nos parents :
« Gardô vou, diaze, de vaidre l’héritazo que no z’ai lacha noutrou parai :
un trésor est caché dedans.
na fortena e cassia dedè.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage vous le fera trouver :
Ze ne couniassô pô l’aidra ; ma on p’tion de corazo : vo lo fara trouvô :
vous en viendrez à bout.
vo z’ai vindra a savon.
Remuez votre champ, dès qu’on aura fait l’août :
Grattô veutra tara,  assteu qu’on ara fé lou ma d’eu :
creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse. »
creuzô, foillô, faussurô ; ne lasso pô n’aidra tion la man ne pôsse pi ne repôsse.»
Le père mort, les fils vous retournent le champ,
Lo pére môr, lou garsson retornon lou sai,
deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
pertie, perla, de pretou ; si biai qu’eu savon d’l’anno
il en rapporta davantage.
y rapourta bié mè.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage de leur montrer, avant sa mort,
D’arzè, pô de cassia. Mé lo pérou fu sazou de leuzi fé va, devai sa môr,
que le travail est un trésor.
que lo travô, ye t’on trézor.