Toute vérité n’est pas bonne à dire.
Tota vezhetô ne pô bena a dere.

Tout vient à point à qui sait attendre.
To vin a poin a tuy chô ataidre.

A chacun son métier,
A shotyon chon metye
Et les vaches seront bien gardées.
Pi le vashe chezhon byin gardô.

Il n’y a pas de mauvais métiers,
É nia pô de môvé metye,
Mais il en est de meilleurs que d’autres.
Mé é y n’a de melyo que d‘ôtrou.

Les loups ne se mangent pas entre eux.
Lé lo ne che mèzhon pô ètre io.

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.
On ne fa poin d’emelette sè cacho de joue.

Où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir.
Uyo qué ya de zheinna e n’a poin de plazi.

Avec le fouet, le bon devient meilleur, le mauvais pire.
Avoua lou foue, lou bon devin melyo, lou môvé pi.

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.

U payi d’éjavulyou, lé beurnyon chon ra.

Au quinze Août, on met le quatre heures sur l’étagère.
A la miou,, on mete lo goutelion su la pou.

Il vaut mieux avoir à faire à Dieu qu’à ses saints.
É vô myo ava a fozhe a Dieu qu’a sé sin.

Tous les chiens qui aboient ne mordent pas.
Toui lé chin que zhapon ne meurdon pô.

Qui dort avec les chiens, se lève avec les puces.
Que dreme avoua lé chin, che live avoua le puzhe.

Coupe ton bois en pleine lune d’août,
Keupe ton bou ai plinna lena dou,
Il sera sain et dur comme un os.
Y chera sin, pi dur kemai on zou.

Qui se gratte où çà le démange ne fait de tort à personne.

Que che grate uyo qué lou démèzhe ne fa teur a nion.

Celui qui fait comme son voisin ne fait ni mal, ni bien.
Chotye que fa quemè chon  vizin ne fa ne mô, ne bin.

La charrette gâte le chemin, la femme l’homme, l’eau le vin.

La shareta gôte lou shemin, la fena l’ oumou, l’édye lou vin.

Ni femme, ni toile, ne se choisissent à la chandelle.
Ne fena, ne tala , ne che choizashon a la shèdala.